Les Nikon F

(couverture : Wikimédia commons)

La lignée mythique des Nikon F

Je commence ce vaste sujet par le Nikon F.

Cet appareil dérivé du boîtier télémétrique Nikon SP a été l'un des premiers appareils "petits formats" après les boîtiers télémétriques "M2" de Leica et "Rolleiflex" (de...Rollei, oui), c'est sûr que devant une chambre sur pied de 20*20*30cm, l'objet est ridiculement petit. presque "de poche"... Cet appareil était simple d'emploi, et, contrairement aux deux appareils mentionnés plus hauts, était pourvu d'une cellule d'exposition (d'un capteur pour mesurer le niveau de lumière et donc l'ouverture du diaphragme nécessaire pour un temps de pose donné)

Sinon rien de choquant par rapport à un "appareil tout vieux" dans l'imaginaire collectif. Un levier d'armement, une manivelle pour rembobiner, une molette pour la vitesse (temps de pose), un retardateur à ressort, avec son doux bruit (la douceur du bruit est le fruit de mon imagination), etc.

Mais surtout, et c'est bien ce qui fait qu'on peut encore réaliser des images fabuleuses avec cet appareil (pas avec des pellicules de 1959, la nostalgie a ses limites), c'est les superbes objectifs qu'on peut mettre dessus (On pourrait aussi dire que le Nikon F est un joli bouchon d'objectif pour ces petits bijoux) : 50mm f1,2 (l'ouverture f1,2 (f pour focale) est 10 fois plus lumineuse que le f2,8 des premiers objectifs dits "lumineux", ça coûte aussi dix fois plus cher ... enfin à peu près) , 85mm f1,8 ,21mm, 28, 35, 180, 200, 350, 500, 1000 ... eh oui les zooms n'existaient pas encore. Notez que Nikon fabrique toujours des objectifs manuels, et pas de moindre qualité, étant donné le nombre d'appareils manuels qui traînent encore de par le monde.

__________________________________________________________________________

50 ans après la naissance de la compagnie "optique japonaise SA" ou "..." en japonais, la marque lance un successeur pour le Nikon F. Le F et le F2 resteront en concurrence plusieurs années, (ce qui paraît inconcevable aujourd'hui), jusqu'à ce que le succès du F2 soit assuré. L'idée de départ est simple : adoucir le profil par trop anguleux du F, rectifier quelques ‘erreurs' de jeunesse et bien sûr faire évoluer la marque. Ses principales caractéristiques : obturateur de 10s à 1/2000ème s, synchro-flash au 1/80ème s , témoin de flash dans le viseur, armement manuel limité à 120° (contre 180° sur d'autres appareils ou plusieurs tours de molette, comme sur les jetables) en une ou plusieurs fois, coque en alu chromé, anodisé ou laqué noir. L'esthétisme compte aussi!

Reconnu dans le monde entier comme l'un des appareils les mieux conçus de tous les temps (d'après plusieurs sources internet, d'ailleurs tapez Nikon F, ou Nikon F2, ou 3, 4, 5, 6, vous serez surpris du nombre de résultats). Certains se sont vendus à des prix indécents aux enchères (récemment) : jusqu'à 20 000 euros. Un F2 d'occasion se négocie à 400/500 euros, c'est dire si cet appareil a prouvé sa valeur, 35 ans après son lancement!

Sur l'un des sites que j'ai visités, le photographe disait n'avoir eu que deux pannes sur les 3 F2 qu'il avait utilisés depuis 1977... cela fait rêver aujourd'hui!

__________________________________________________________________________

Nikon lance la production du F3 en Mars 1980. Dans la lignée de ses illustres prédécésseurs, le nouveau F est toujours aussi professionnel. La qualité de fabrication ne faiblit pas, ainsi que les apports technologiques "dernier cri" :

- Mode priorité à l'ouverture (premier automatisme d'exposition chez les professionnels), bien que "contre- jour et grands contrastes affolent la machine " comme le précise un journaliste sur internet (apphotnum.free.fr/photographie/boitierF/flashbackF3.html
- Mesure de la lumière sur le plan film, à travers le miroir ,grâce à des micro-fentes disposées en forme de fer à cheval.
- Obturateur à translation horizontale particulièrement fiable qui offre le 1/2000 de seconde et prend jusqu'à cinq vues par seconde avec un moteur (utile pour les photographes de sport notamment). En 1996, les ingénieurs de Nikon améliorent la motorisation du F3 jusqu'à 13 images/s (avec un moteur), démontrant la fiabilité de leur obturateur!!!

La visée à 100% offre un confort inégalé à l'époque (d'ailleurs aujourd'hui, seuls des appareils professionnels tels le F6 ou le D3-D4-D5-etc. proposent une telle visée, à suivre pour le F6). Pour compléter, 22 verres de visée sont conçus pour les différents types de prise de vue. (ce concept interchangeable est repris au nikon F).

En 1983, une variante propose l'autofocus. (F3 AF).

Le Nikon F3 reprend dignement le flambeau dans cette remarquable lignée des nikon F. verrouillage du miroir, levier de surimpression, verrouillage du retardateur, illuminateur de l'écran LCD du viseur, déclencheur sans pile au 1/60 de seconde (bien utile diront tous ceux qui sont tombés en rade de piles un jour ou l'autre...).

Comme d'habitude, des versions limitées se sont arrachées à prix d'or, dans le mois qui suit paraît-il pour la version limitée en titane, vendue au Japon uniquement. Cela peut paraître un peu ridicule (à moi en premier) mais on peut comprendre que certains soient prêts à payer pour de beaux objets.

Dès 1981, le F3 est destiné à remplacer le F pour la NASA. Comme qui dirait, il a réussi l'examen, mieux que le F. il devient ‘appareil photo officiel de la NASA' et s'offre un voyage en navette spatiale dès 1981.

A noter, l'extraordinaire durée de vie de cet appareil, produit à 700 000 exemplaires. Le Nikon F4 apparaît en 1988. Le F5 en 1996. Le F3 se permet lui de rester au catalogue en France jusqu'à la fin 2002 (pour la modeste somme d'environ 2500 euros-->chiffre d'affaires 700 000 * 2 500 soit un milliard 750 millions d'euros) alors même que le F4 n'y était plus! -le F4 a été arrêté en 1997.

Citation (la page web n'existe plus) : "Incontestablement, le Nikon F3 restera dans la lignée des grands boîtiers 24*36. Il assurera aux collectionneurs un placement sûr qui, de nos jours, rapportera plus à la revente que n'importe quel produit financier …"

Sources : photocrome.fr, Wikipédia, apphotnum.free.fr, voir pentaxiste.org pour la critique (minime)

__________________________________________________________________________

Le F4 c'est un peu le creux de la vague. Englouti au milieu du F3 et avant un génial F5, la bête a laissé une marque un peu moins forte dans l'histoire. Enfin c'est en jugeant du nombre peu élévé de sites s'intéressant au F4 (peut-être aussi parce qu'il n'est ni récent ni très vieux, alors ni les amateurs de performances ni les nostalgiques ne s'y intéressent. Allez savoir).

Je cite;

"le F4 pèse un peu lourd". Environ 1,4 kg, oui, c'est bien, ça reste cher au gramme quand même bien sûr, c'est du Nikon. (encore aujourd'hui, je l'ai trouvé en moyenne à 600-700 euros en bon état.)
"Le bruit du déclencheur... un son que l'on reconnaît de loin"
"Cette coopération (entre Nikon et Fuji) débouche d’abord en 1995 sur la ligne des « E quelque chose » (E2, E2N et E3), commercialisés également par Fuji (DS505, DS505A, DS560), monstres encombrants basés sur le Nikon F4"

Le joujou présente quelques avancées technologiques. Le mode C de l'autofocus notamment. Complétant les modes manuels (M) et ponctuels (S) (en mode S, l'autofocus ne bouge plus une fois la mise au point faite quelque part), ce mode continu est très utile pour le sport ou la photo animalière notamment. Sorti en 1988, lors de la préhistoire de l'autofocus, celui-ci sera vite trop lent pour les professionnels.

Cependant les amateurs éclairés y trouvent encore leur compte, avec un obturateur jusqu'à 1/8000è s et un mode rafale jusqu'à 4 vues/s, ainsi qu'un déclencheur vertical bien pratique. Et surtout une robustesse digne du reste de la lignée. "il marche comme au premier jour" (photocrome.fr/saga.htm), (c'est aussi ce que je dis de ma voiture millésime 1989...)

Pour l'anecdote, cet appareil aurait aussi fait la joie de la NASA qui en aurait commandé un en 1989 avec viseur vidéo et capteur CCD un mégapixel!!

__________________________________________________________________________

Bon, nous voilà au F5. Je ne veux pas anticiper sur le F6 mais la polémique à lequel des deux est le meilleur fait rage sur certains sites (http://forum.nikonpassion.com/viewtopic.php?id=2&p=9 par exemple).

Reste que cet appareil encore indestructible, lourd (1210 g) et un peu encombrant, est toujours disponible à 800 euros ou plus selon l'état (contre 3000 à la sortie en 1996) et reste l'un des appareils les plus aboutis de l'histoire de la photo.

Ce boîtier tout en métal monte à 8 images/secondes avec sa poignée intégrée (prévoir tout de même 8 piles 1,5V!), descend à 1/8000 s et dispose des mesures matricielles (reposant sur une base de données de 30.000 cas types et révolutionnaire du fait que la cellule "voit" en couleur), spot et pondérée, ainsi que de 5 zones d'autofocus sélectionnables sur le dos de l'appareil à l'aide d'un trèfle (une sorte de joystick, comme sur le F80), et enfin, la crème, verres de visée interchangeables et déclencheur vertical.

En option, le dos ‘multi-fonctions' programmateur, horodateur, copyright...

Pour l'anecdote, Nikon Allemagne a rendu en 2003, en retour de SAV, un F5 de studio à 1 million de déclenchements.

On trouve même sur le site de la FNAC un livre de Claude Tauleigne dédié au F5 (arrêté pourtant en 2005). Alors si un jour... (http://livre.fnac.com/a948736/C-Tauleigne-Nikon-f5?SID=1ddbb6c9-da8c-0053-b8d2-56c621558059&UID=056C3670B-E32E-A45F-7552-DC61742A1374&Origin=fnac_yahoo&OrderInSession=1&TTL=141220082218&Fr=20&To=0&Ra=-1)

sources : photochrome.fr, Wikipédia.fr, fnac.com, pixelistes.com

__________________________________________________________________________

Et pour finir (parce que je n'imagine pas Nikon sortir un nouvel argentique maintenant) le beau, le génial, le fabuleux F6: . Pour un article plus détaillé au niveau fiche technique etc. voir n'importe quelle revue photo de 2004 (sortie du F6 en Octobre 2004) ou le guide d'achat 2007 de Réponses Photo.

Dernier appareil argentique produit par Nikon,on ne peut que saliver devant cette apothéose de la photographie, primé aux TIPA amards 2005 (“sans aucun doute le meilleur reflex analogique jamais fabriqué, qui constitue pour son propriétaire un outil qui ne sera jamais démodé. Sa construction si robuste va lui permettre de durer des années.“). A 2000 euros, (aujourd'hui plutôt 1800 ou 1900, mais ne veut pas baisser. A partir de 1200 euros en occasion, mais les occasions sont rares!), Nikon nous offre le meilleur de la technologie, qui a été repris sur le Nikon D3 (le D2 était basé sur le F5). J'ai moi-même fini par craquer sur une occasion, afin d'épauler le léger F80.

Jugez plutôt :
-viseur 100%(c'est-à-dire qu'on voit exactement ce qui est imprimé sur la pellicule) inégalable
-silencieux (au moins discret par rapport à la majorité des réflex)
-onze collimateurs autofocus rapides et précis (bon, pour ça, le numérique fait aujourd'hui plus dans le nombre, mais pour la qualité, le F6 n'a rien à envier aux meilleurs)
-mesure de la lumière matricielle sur 1005 zones, spot (1-2%) et pondérée
-obturateur jusqu'à 1/8000s
-prise de vue à 5,5 images/s et jusqu'à 8 images/s avec la poignée optionnelle (de plus, on peut régler le nombre d'images par seconde souhaitées)
-compatible avec tous les objectifs Nikon
-flash optimisé bien sûr avec dosage flash/ambiance etc.(pas de flash intégré)
-écran CL arrière (un peu inutile sauf pour naviguer dans les programmes mais qui lui donne un faux air de numérique)
-41 fonctions personnalisables
-autonomie 30 films minimum (système qui n'utilise que les fonctions essentielles en cas de batterie faible) soit plus de mille photos
-impression de données entre les vues, ce qui se révèle réellement utile sur planche-contacts! (plus enregistrement sur carte SD, en option)

De plus, les réglages tombent immédiatement sous les doigts.

Et avec un poids raisonnable (975g) et un boîtier assez peu volumineux, on emporte l'appareil partout avec soi, presque discrètement... (sur la photo ci-dessus, l'appareil est équipé d'une poignée optionnelle, qui permet notamment un meilleure prise en main et un déclencheur vertical visible en bas à gauche de la photo, mais sans cette poignée, l'appareil n'est vraiment pas encombrant)
Bref, une valeur sûre!

sources : apphotnum.free.fr (F6 : le dernier des empereurs), pixelistes.com (la saga Nikon), blog.nikonpassion.com, Réponses photo.